Comment dompter la procrastination et être plus productif ?

Employer avec la tête sur la table qui procrastine.png
Cet article fait partie d’un carnaval d’articles "Formule anti-flemme : comment arrêter de procrastiner ?" initié par par Hugo du blog time-booster.com dont j’apprécie le travail. 

Qui n’a jamais remis une tâche ou un projet à plus tard ? Nous sommes tous coupables d’avoir déjà procrastiné. Que ça soit consciemment ou non.

Le souci est que la plupart des gens voient la procrastination comme un manque de discipline. Et donc, tendent à s’autocritiquer et rentrer dans une boucle néfaste de dépréciation.

Boucle de dépréciation qui explique pourquoi nous procrastinons. Car nous nous autocritiquons

Procrastiner est naturel. Ne serait-ce que pour prendre du repos nécessaire afin de repartir sur des bases saines et pleines d’énergie. Nous procrastinons tous plus ou moins en fonction du domaine. Et dans certains cas, ce comportement peut nous être favorable.

Dans cet article, je vous dévoile plusieurs astuces pour vaincre la procrastination, mais aussi pour la dompter afin de vous en faire une alliée.

1)    Bien connaître son ennemie.

Pour pouvoir combattre la procrastination, vous devez la reconnaitre. Savoir lorsqu’elle se manifeste afin de l’éviter.

Dans le dictionnaire, la procrastination est définie comme :

« Une tendance à remettre au lendemain, à ajourner, à temporiser »

Dans le livre de Brian Tracy – Avalez le crapaud (« Eat that frog »). L’auteur désigne la procrastination comment un manque de clarté. Lorsque nous nous lançons dans un projet qui n’est pas bien défini, nous avons tendance à procrastiner, car nous ne savons pas par où commencer.

De mon côté, j’irai encore plus loin dans le concept. En effet, je pense que ce que nous ne comprenons pas est trop loin de notre zone de confort pour être démarré.

Cette image montre que si une action n'est pas clairement définie elle apparaîtra en dehors de notre zoné confort. Et donc nous fera de procrastiner

Plus une tâche est claire, moins vous aurez de tendances à la procrastiner, car vous serez à l’aise pour la réaliser. Vous serrez dans votre zone de confort.

Cette image montre que si une action est clairement définie elle apparaîtra dans notre zone de confort. Et donc nous évitera de procrastiner

C’est une notion très importante à comprendre. Car une fois comprise, naturellement vous aurez tendance à mieux définir vos actions afin de toujours les garder dans votre zone de confort.

Toute tâche peut être réduite et décomposée en tâche plus simple. Si vous vous retrouvez avec une tâche trop grosse ou incompréhensible, commencer par la décomposer. Cette décomposition vous aidera à démarrer, car une petite tâche sera plus proche de votre zone de confort que la grosse.

Exemple :

  • Faire le montage d’une vidéo
    1. Ajouter les vidéos sur l’outil de montage
      • Définir un scénario
      • Sélectionner les vidéos à ajouter
      • Les ajouter dans l’ordre défini du scénario
    2. Ajouter la musique
    3. Ajouter les bruitages

2)    Vaincre la procrastination ! Le pouvoir de la volonté

Notre esprit fonctionne sur batterie chargée en volonté. Au début de la journée, nous sommes chargés à bloc. Notre indicateur de batterie indique une volonté de 100%. Puis, au fur et à mesure de la journée, chaque décision nous coute de la volonté.  

Si, par exemple, vous vous levez le matin et que vous hésitez entre un croissant ou une tartine de Nutella cela vous coutera de la batterie. Nous avons tendance à repousser nos tâches à plus tard lorsque nos batteries sont à zéro.

Comment faire pour dépenser moins de batteries et donc d’accomplir plus ?

Les habitudes sont faites pour ça ! Une action faite par habitude ne vous prend que très peu de volonté, car celle-ci est dans votre zone de confort. C’est une action facile à démarrer qui ne nécessite pas une décision spécifique.

2.1) Comment mettre en place de bonnes habitudes pour arrêter de procrastiner ?

Lorsqu’on se lance dans un nouveau projet pour avoir des habitudes saines, la plupart des gens, et j’en suis coupable également, définissent un plan d’action heure par heure de ce qu’ils veulent accomplir.

Ce n’est pas une bonne façon de faire, généralement c’est même la pire façon, car on a tendance à nous surestimer et donc vouloir trop en faire. Nous sommes généralement très motivés dès le début, ce qui nous pousse à agir, mais très vite la motivation part et nous abandonnons.

J’y connais quelque chose. J’étais un accro des plans d’action. Toutes les unes ou deux semaines, je créais un nouveau plan, mais je n’arrivais jamais à les suivre jusqu’au bout. Jusqu’à ce que je me concentre sur une habitude après l’autre.

« Se concentrer sur une habitude après l’autre ! » C’est la clef!

Commencer donc par dresser une liste de vos habitudes actuelles, qu’elles soient bonnes ou mauvaises.

Puis faites en sorte de lister celle que vous voulez garder et celle que vous voulez arrêter

Maintenant, listez les habitudes que vous voulez ajouter dans votre vie.

Et remplacez les mauvaises habitudes par des bonnes.

Vous vous rendrez rapidement compte que vous ne pourrez pas tout faire. Car vous n’avez que 24 h comme tout le monde. Donc concentrez-vous uniquement sur les habitudes les plus implorantes pour atteindre votre objectif.

Une fois le tableau fait, vous pouvez commencer à faire des changements. Une habitude après l’autre.

« C’est mieux d’atteindre votre but en faisant plusieurs petits pas, que de casser vos jambes en faisant un grand saut »

Si vous voulez changer trop de choses à la fois, vous allez juste vous épuiser et tout abandonner. Commencez donc par prendre la première habitude et essayez de la mettre en place tous les jours pendant 21 jours.

Pourquoi 20 jours ? Certaines études nous disent que pour se forger une habitude qui reste sur la longueur, l’idéal est d’effectuer cette habitude pendant 21 jours consécutifs.

Je ne suis pas fan de ces études, car je pense que chaque personne est différente et que chaque action nécessitera une période spécifique. Mais cela serait trop compliqué. 21 jours est une bonne moyenne, de cette manière après les 20 jours vous pourrez juger par vous-même.

Après cette période, demandez-vous. Est-ce que j’ai encore besoin de volonté pour faire cette action ? Si oui, ajoutez 5 jours, etc.. Jusqu’à ce que celle-ci soit devenue naturelle.   

Lorsque vous avez créé votre première nouvelle habitude, vous pourrez passer à la suivante. Vous ne devez pas le faire avant !

Si vous avez 10 habitudes à changer, cela devrait vous prendre minimum 210 jours. Ça sera long effectivement, mais ça en vaut la peine.

Attention :

Vos habitudes doivent être et rester des habitudes. Si parfois, vous manquez une ou deux habitudes, ne vous blâmer pas ce n’est pas grave. Si celles-ci sont réellement des habitudes, lorsque vous aurez repris votre routine habituelle vous les ferez à nouveau naturellement.

Ce qui peut être un problème c’est de louper trop de jours de suite pendant votre routine quotidienne, car vous pourrez perde votre habitude plus vite que vous ne le pensez

2.2) Recharger ses batteries

Dépenser moins de volonté c’est bien, mais savez-vous que vous pouvez aussi recharger votre réserve de volonté ?

Oui et d’une manière très simple ! Vous l’avez ? Oui, c’est bien ça ! En faisant des pauses.

Faire une pause, ne serait-ce que de 5 min, vous permettra de recharger vos batteries.

Certaines études avancent que notre temps de concentration est limité à 45 minutes environ. Après 45 minutes nous pouvons toujours travailler, mais nous perdons grandement en efficacité.

L’idéal est donc de faire une pause toutes les 45 minutes au minimum de 5-10 minutes.

Ça parait contre-intuitif, pourtant faire une pause vous permet de repartir avec une concentration à 100%.

Graphique montrant comment nos réserves de volonté ce vide au travail. Et comment elles se remplissent en faisant des pauses

3)    Dépasser la procrastination en comprenant vos émotions

Les émotions sont également une source de procrastination.

« Comprendre ses émotions peut vous aider à les dépasser. »

Les chercheurs en psychologie appellent ça « Emotional Granularity ». La granularité émotionnelle.

Lorsque vos émotions affectent votre travail et vous font procrastiner, il peut être important d’analyser quelles émotions vous affectent tout particulièrement. De cette manière, vous saurez comment passer outre cette émotion.

  • Lorsqu’une tâche vous ennuie, car elle est longue est inintéressante, vous pouvez planifier une récompense pour vous aider à dépasser cet état émotionnel.
  • Lorsque vous êtes irrité, énervé et que vous n’avez pas la moindre envie de démarrer une tâche que vous trouvez inutile. Commencez par prendre une pause pour clarifier vos pensées et vous calmer. Puis, analyser la tâche. En quoi celle-ci pourra vous bénéficier dans le futur à vous ou à vos collègues ? Avoir une raison de faire ce genre de tâche même si cela ne vous bénéficie pas directement peut vous aider à passer au-dessus de vos émotions.
  • Lorsque vous êtes anxieux, car un projet ne se déroule pas comme il se devrait. Faites une liste des actions que vous pouvez prendre. Puis, définissez la tâche que vous fait sentir le moins anxieux. Commencez par effectuer cette tâche. Si vous n’arrivez pas à définir cette tâche, une possibilité est de diviser cette tâche en plusieurs petites actions. Puis faites une action après l’autre. En règle générale, lorsque vous commencez à travailler sur quelque chose, vous avez plus de chance de continuer jusqu’à ce que l’action soit terminée, plutôt que de procrastiner.

4)    Dompter la procrastination : Tiers 1 – 2 -3

Peu importe notre style de vie, ou notre manière de nous organiser. Nous pouvons tous séparer nos actions en 3 niveaux d’importance (3 Tiers).

4.1) Tiers 1 : Les actions les plus importantes

Que ce soit dans votre travail, ou dans votre vie personnelle les actions du tiers 1 sont les actions qui vous rapprochent le plus de votre objectif.

Par exemple, mon objectif est d’organiser un voyage en Norvège. Toutes les actions que j’entreprends vers cet objectif font partie du tiers 1.

C’est d’ailleurs les actions du tiers 1 sur lesquelles vous avez le plus de chance de procrastiner. Simplement, car celles-ci sont généralement des actions à prendre en dehors de vos habitudes, en dehors de votre zone de confort.

4.2) Tiers 2 : Les actions importantes, mais qui ne nécessitent pas une grande volonté.

Les actions du tiers 2 sont les actions qui ne vous prennent pas un énorme effort. Celle que vous avez l’habitude de faire simplement ou qui ne nécessite pas une très grosse réflexion.

Généralement, ces actions ont besoin d’être faites, mais ne sont pas les plus importantes pour avancer vers votre objectif

  • Répondre à un e-mail
  • Faire la vaisselle
  • Appeler un proche

Nous avons aussi tendance à procrastiner sur les tâches du tiers 2, mais bien moins que sur les tâches du tiers 1.

4.3) Tiers 3 :

Les actions qui ne sont pas importantes et qui généralement ne demandent pas le moindre effort.

Généralement, si nous procrastinons les tâches du tiers 1 et 2 c’est pour faire une action du tiers 3.

Dans cette catégorie nous pouvons lister :

  • Scroller sur Facebook / Instagram
  • Regarder une série sur Netflix
  • Regarder la télé

4.4) Utiliser les tiers pour éviter de procrastiner ?

De manière générale, nous avons toujours tendance à procrastiner à un moment ou à un autre. Le but est donc de tromper son cerveau et de procrastiner en faisant des actions qui comptent.

Si vous éliminez par exemple les actions du tiers 3, par défaut vous aurez plus de chance de procrastiner en faisant sur les actions du tiers 1 en faisant les actions du tiers 2.

Pour ce faire, vous pouvez simplement supprimer la possibilité de faire les actions du tiers 3.

Ou en tout cas, rendre l’effort pour effectuer ces actions plus intenses. 

Par exemple, lorsque je souhaite prendre du temps pour écrire un article et être concentré, je fais en sorte de poser mon téléphone dans une pièce voisine et je mets mon ordinateur en mode avion.

De cette manière, je ne pourrais pas scroller sur Instagram, car si je veux atteindre mon téléphone, je devrais me lever et aller le chercher dans une autre pièce.

J’aurai donc moins d’effort à réaliser pour écrire mon article qui est ouvert sur mon ordinateur en face de moi plutôt que de me lever pour chercher mon téléphone. De manière générale le téléphone est l’ennemi numéro 1 de la productivité.

Vous allez me dire, mais je peux tout à faire ne rien faire et juste regarder le mur ! C’est vrai. Mais regarder un mur et ne rien faire est vite ennuyant. Je vous conseille d’essayer. Vous vous rendrez vite compte que le mur n’est pas intéressant. Donc vous allez jeter votre dévolu sur les seules actions que vous pouvez faire. Les actions du tiers 2.

C’est d’ailleurs le principe psychologique qui s’applique lorsque vous êtes à votre bureau avec vos collègues. Généralement, être au travail et entourer de vos collègues, vous empêche naturellement de faire les actions du tiers 3, car vous devez montrer que vous êtes sérieux.

5)    Procrastiner de manière délibérée

Et si je vous disais qu’au lieu d’essayer d’arrêter de procrastiner, vous pouvez vous laisser aller librement et en tirer des avantages ?

Vous me prendriez surement pour un fou ?

« Je choisis généralement une personne fainéante pour faire un travail difficile, car une personne fainéante va toujours trouver une façon simple de le faire »

Bill Gates

Tout est dit dans cette citation. Une personne fainéante a plus l’habitude de procrastiner, mais a aussi plus de chance de réussir à faire une tâche en faisant le moins d’effort possible.

Nous avons tous déjà vécu une situation où nous avions la flemme et où nous avons fait le strict minimum pour que la tâche soit considérée comme faite.

Si c’est le cas, c’est que vous avez réussi à définir qu’étaient les 20% de la tâche qui apporte 80 % de résultat.

C’est la loi de Pareto et elle peut être appliquée dans presque tous les domaines.

  • 20% des clients vous rapportent 80 % des bénéfices.
  • 20% de problème sont apportés par 20% des clients (généralement les 20 % qui ne rapportent pas grand-chose)

 Si, dans toutes vos actions, vous arrivez à définir les 20% qui apportent 80% de résultat, vous serez par définition plus productif que la plupart des gens.

La prochaine fois que vous vivez une situation similaire et que vous faites vos tâches en mode « flémmard ». Posez-vous la question. Quelles sont les actions que j’ai mises en place qui m’ont permis de finir ma tâche aussi rapidement ?

De cette manière, vous aurez défini les 20%.

Et la prochaine fois que vous aurez à effectuer cette tâche, vous pourrez directement effectuer ces 20% et être plus productif que la plupart de vos collègues juste en ayant fait qu’une toute petite partie. Mais vous aurez fait la partie la plus importante.

Il existe encore bien d’autre façon d’éviter la procrastination. Dites-moi dans les commentaires quel est votre technique favorite pour éviter de repousser vos tâches au lendemain !

Vous trouverez le résumé du carnaval avec d’autres articles sur la procrastination sur le blog time-booster

Si vous avez aimé l'article, vous pouvez le partager ou laisser un commentaire ! :)

8 réactions sur “ Comment dompter la procrastination et être plus productif ? ”

  1. apprendrelaphilosophie Réponse

    Merci pour cette article ! J’essaie d’améliorer mon efficacité et j’ignorais que les pauses pouvaient être aussi efficaces !

    • Xavier Vlbs Auteur ArticleRéponse

      Hello!

      Je suis ravi que mon article ait pu apporter quelque chose. Oui, les pauses sont très importantes car elles te permettent de reprendre de l’énergie et repartir avec 100% de ta concentration!

  2. Rachel Réponse

    Merci pour ton article et tes précieux conseils. Je procrastine pas mal ces derniers et ton article m’a remis les idées en place. En général j’évite le tiers 3 et ai tendance à beaucoup plus faire le tiers 2 plutôt que le 1. J’ai un peu de mal à y voir clair en ce moment car je ne sais pas trop où je vais. Ton schéma du coup m’a bien aidé à comprendre. Je vais essayer de plus détailler la tâche comme tu le recommandes. Merci encore.

    • Xavier Vlbs Auteur ArticleRéponse

      Hello Rachel. Ravis de t’avoir apporté une possible solution. Il est aussi possible que si tu n’arrives pas à y voir clair que tu aies besoin d’une pause. Peut-être que tu essayes de faire trop de choses en même temps. C’est une autre cause de la procrastination. Si nous avons trop de choses de prévu et que nous n’avons pas la place pour des activités pour nous nous allons nous épuiser et par défaut procrastiner. C’est un peu le principe du cercle vicieux expliquer au début de l’article.

  3. Julie Réponse

    Merci pour cet article très complet. Pour ne pas procrastiner, voici mon astuce : je commence ma journée par la tâche que j’aime le moins, comme ça elle est faite et je ne la reporte pas aux calandres grecques. J’ai tiré cela du livre de Bryan Tracy: avaler un crapaud chaque matin 😉

    • Xavier Vlbs Auteur ArticleRéponse

      Merci Julie, pour le partage de ton astuce anti-procrastination. J’approuve totalement et je suis moi-même un grand fan des principes décris dans le livre « Avalez le crapaud de Brian Tracy

  4. Evelyne Réponse

    Article intéressant ! Je souffre aussi de procrastination et je me soigne … 😉
    C’est vrai lorsque je commence le matin par le plus important, je procrastine moins le reste de la journée

    • Xavier Vlbs Auteur ArticleRéponse

      Hello Evelyne, si tu te soignes c’est très bien haha 😉
      Tout ce qui est fait le matin avec notre batterie chargé à 100% vous booste pour le reeste de la journée !

Laisser un commentaire